La Aïta et la légende de Kharboucha

Avatar du membre
mimi83
Connaisseur du forum
Connaisseur du forum
Messages : 751
Enregistré le : 07 août 2010, 12:51
Localisation : Var
Zodiaque :

La Aïta et la légende de Kharboucha

Message : #Message non lu mimi83

L'art de la Aïta
Le genre musical dit de la Aïta est pratiqué dans les régions de Abda, Chaouia et Doukkala, c'est-à-dire dans l'axe Casablanca-Safi, aux confins où les tribus arabes et bédouines cultivent cet amour pour l'improvisation poétique. Aujourd'hui encore, beaucoup de groupes s'inspirent de leurs compositions qui restent d'actualité. Cet art a connu son apparition dans les régions comme Safi, Casablanca, El Jadida, Beni Mellal, Khouribga, Marrakech ; Kalaât Sraghna, Kénitra, Khénifra et Taounat.
L'art de la Aïta est un patrimoine culturel et historique qui a connu des changements au fil des années.
A l'origine, l'Aïta est un appel de ralliement, elle est en rapport avec les pleurs et les joies et elle constitue, comme toute poésie digne de ce nom, un écho répertoire des joies et soucis quotidiens qui dessinent en filigrane le destin des êtres humains et à travers eux des peuples et figure la partie intime et toujours vivante de la mémoire comme un cœur qui bat. La Aïta s'inspire de la vie sociale de l'homme marocain et repose souvent sur le thème de l'amour, le plaisir, la beauté et la nature.

Le mythe Kharboucha:
Kharboucha est un personnage légendaire de la région de Safi. C'est une chikha qui « n'avait pas froid aux yeux » et qui n'hésitait pas à chanter contre l'injustice. Ses chansons avaient pour cible principale le tyrannique caïd Aïssa Ben Omar. Ce dernier faisait régner la loi du colonisateur français dans la région. Seule rescapée d'une tuerie menée par une tribu adverse et qui décima toutes les femmes de son clan, Kharboucha garda une rage et une force qui s'exprimaient dans sa prose chantée. Cette femme n'était pas belle car elle avait le visage marqué par la petite vérole. Mais sa voix la rendait envoûtante. Par ses chants, elle appela les hommes de sa tribu Ouled Zid à se rebeller contre le despotisme. La riposte, en 1922, du caïd Aïssa fut terrible. Il fit emmurer vivante Kharboucha, le jour même de ses noces.

Le cinéaste Hamid Zoughi en a fait un film.


Cordialement
Mon site ......
Image
Le bonheur est une trajectoire et non pas une destination.

Avatar du membre
Soubise
Fondateur du forum
Fondateur du forum
Messages : 10173
Enregistré le : 02 août 2010, 19:05
Localisation : Spontex sur évier
Genre :
Zodiaque :

Re: La Aïta et la légende de Kharboucha

Message : #Message non lu Soubise

Merci Mimy pour cette participation active à cette rubrique.
La musique Marocaine ,mais surtout Berbère est pleine de spécificités régionales qui ,lorsque l'on regarde l'ensemble en survol de ces différents genres musicaux , on y découvre une culture musicale très riche.
je ne connaissais pas l'Aïta ,je me suis beaucoup documenté sur la Musique N'gaoua enrichie par les tenues vestimentaires Touareg.
Ce spectacle la nuit tombée autour d'un feu de bois est un enchantement qui fait oublier la pauvreté des instruments et lorsque l'on les regarde vivre leur musique ,on observe la sincérité des sentiments qui les animent ,cette expression de l'âme Amazight qui vient du fond des ages.

Lucien
Image


Image

Visitez mon Blog

Mains, outils de l'esprit, sans lesquelles la pensée n'est que chimère.

Avatar du membre
pierrot77
Participe souvent
Participe souvent
Messages : 152
Enregistré le : 04 oct. 2010, 15:30
Localisation : Seine et Marne
Zodiaque :

Re: La Aïta et la légende de Kharboucha

Message : #Message non lu pierrot77

Bonjour,

Merci pour toute cette poésie
Au plaisir d'une rencontre
Cordialement
Pierre



Retourner vers « Contes, légendes et histoire du Maroc »