La légende des lacs Isli et Tislit d' Imilchil

Avatar du membre
mimi83
Connaisseur du forum
Connaisseur du forum
Messages : 751
Enregistré le : 07 août 2010, 12:51
Localisation : Var
Zodiaque :

La légende des lacs Isli et Tislit d' Imilchil

Message : #Message non lu mimi83

Bonjour,
En parcourant la lecture sur contes et légendes, j'ai trouvé la légende de la formation des deux lacs d' Imilchil:
La légende de Isli et Tislit, les deux amoureux berbères.
Il y a plusieurs versions, en voici deux :

La légende « Isli et Tislit » raconte l’histoire des deux lacs d’Imilchil : ils furent dans une époque lointaine deux amoureux dont les parents refusèrent le mariage ; ils moururent d’amour et se transformèrent en ces deux lacs nommés « Isli et Tislit » signifiant « le fiancé et la fiancée ».

Une autre version dit que les parents refusant le mariage, les deux amoureux se retrouvèrent dans la montagne et pleurèrent toute la nuit et que ce sont leurs larmes qui formèrent les deux lacs portant leurs noms.

Depuis, c’est sur le bord de ces lacs que, lors du « Moussem des fiançailles d’Imilchil », les jeunes hommes et les jeunes femmes berbères se découvrent, s’observent, participent à des concours poétiques dans l’espoir d’y découvrir, séduire et épouser l’être aimé.
Modifié en dernier par mimi83 le 17 sept. 2010, 14:36, modifié 1 fois.


Cordialement
Mon site ......
Image
Le bonheur est une trajectoire et non pas une destination.

Avatar du membre
little blue
Participe souvent
Participe souvent
Messages : 469
Enregistré le : 16 août 2010, 18:58
Localisation : Sud Ouest
Zodiaque :

Re: La légende des lac Isli et Tislit d' Imilchil

Message : #Message non lu little blue

Bonjour à tous.

Merci Mimi pour ces récits et ces précisions.

C'est vrai que depuis quelque temps sur ce Forum, j'ai l'impression de voyager dans un autre pays ! Allez savoir pourquoi !!!!!

Amitié
Little Blue


"Ce que l'esprit voit le coeur le ressent. "

kazimbass

Re: La légende du Tislit d' Imilchil

Message : #Message non lu kazimbass

Aubade à Tislit
Je suis Anzar le ténébreux, le dieu fécond
Et sur la terre je sème mes faveurs et mes dons!
Je brandis avec fureur mon sceptre d'éclairs
Quand je fais rugir les tambours de ma colère!
Je suis le maître du feu, le dieu des trombes
Et sans ma grâce le monde serait une tombe.

J'ordonne les saisons, j'annonce les moissons



Je donne la rosée pure, je déchaîne la mousson!
Les plaines sont mon jardin que je pare de beauté
Et aux champs des Hommes j'accorde mes bontés.
Toute vie sur terre m'exalte de gratitude
Languit de mon absence, réclame ma promptitude!
Les rivières chantent de joie quand je les inonde
Les montagnes tremblent d'émoi lorsque je gronde
Toutes les créatures me craignent et me vénèrent
Mais sans toi... Ô Tislit! Comme je désespère!
Que serait ma force sans ta délicatesse?
Vaine sont mes nuées sans ta douce promesse!
Tu réjouis les vivants et tu les rassures
Par tes courbes gracieuses tu apaises la nature!Tislit!
Sans ta grâce je ne serai qu'un tyran:
Un dieu sans coeur, sans génie ni rêves charmants!
Je traînerais mes nuages dans le firmament
Pour toujours condamné à rugir mon tourment!
L'ennui serait mon royaume de glace et de pluies
Un enfer morne et froid, sans désirs exquis!
Tu rehausses ma pâleur de ton splendide éclat
Tu charmes mes fureurs par ton rire délicat.
Tu enchantes mon front grave de tes rubans dorés
Ta robe de perles et de rosée quand tu paraîs
Légère et frivole, toute épanouie de bonheur
Chassant mes langueurs et éveillant ma ferveur!
Bénie sois- tu, Tislit, mon unique bien aimée
Mon amour, je te suis fidèle à tout jamais.
Qu'importe si les tiens oublient notre serment?
Pour toi je bénis ton pays éternellement.
Qu'importe s'ils se tournent vers d'autres dieux,
Qu'ils oublient leur innocence, leurs jours heureux?
Qu'importe si leurs âmes deviennent stériles et arides
Qu'ils trahissent leurs aïeux pour des maîtres perfides?

Seuls tes enfants fervents chanteront ta gloire,
Célébrant ton nom ils garderont la Mémoire
De leur terre qui fut belle et prospère autrefois,
De leur liberté native de peuple- roi !
Aimons- nous, Tislit, tant que dure notre amour
Oublions ce peuple moribond, pour toujours,
Malheur aux races sans légendes, promises à l’oubli
Le Néant les engloutit dans la fosse des maudits !

Anzar, Dieu amazigh ( berbère) du ciel et de la pluie, serait tombé un jour éperduement amoureux d' une belle paysanne. Se transformant en aigle il venait la contempler, lorsqu' elle se baignait dans une rivière; un jour il lui adressa la parole et lui demanda de l' aimer, de l' épouser. Mais la jeune fille effarouchée refusa sa demande et s' enfuit. Anzar retint alors toutes ses pluies et la sécheresse menaça le pays. Les paysans organisèrent des processions et réclamèrent la miséricorde d' Anzar; la jeune paysanne consentit de le suivre et vivre auprès de lui. Depuis, à chaque fois qu' il pleut, la légende veut qu' elle apparaisse dans le ciel, sous la forme d' arc en ciel, appelé ' Tislit u Anzar", c' est à dire la Fiancée d' Anzar... Cette tradition du culte d' Anzar perdure encore de nos jours, en début d' automne lors de la période des labours, dans les villages d' Afrique du Nord, du Maroc jusqu' en Lybie, en l' honneur du dieu de la pluie et de sa fiancée: les villageois organisent des processions, portent une grande poupée symbolisant la Fiancée, et une louche ( " taghnunja" ) symbolisant le récipient de l' eau bienfaitrice. Ces fêtes se terminent par des repas préparés et pris en commun. Hélas! cette belle cérémonie de nos villages tend à disparaître.
Et si vous voulez en savoir plus sur cette merveilleuse légende, suivez le lien...c'est tout simplement splendide...mille merci à mon lion des montagnes...



kazimbass

Re: La légende des lacs Isli et Tislit d' Imilchil

Message : #Message non lu kazimbass

Isli et Tislit


Que dit la légende ?

Adrukh iwa ru iwa gakh tin ijdad .
A yasmum ekkar iâakkub ar tekkarkh .

Je pleurerai
Pleure
Faisons comme les oiseaux
O mon bien aimé
Appelle Iâakub et que je l’appelle

Isli lui renvoya son izli ainsi:

«da etgallax ar i tebdit d ixf
allig da da zerrin midden walu
wer ya da essektayx »

« Je te jure que tu m’as séparé de ma tête
Et que les gens passent
sans que je les reconnaisse »

Tislit:

« Ennighak day ennighak amarg ennk
ami ezzlumx timzin
Iggama wul ad ikn ijjawn »

« Je te dis et redis:
Ton amour est comme qui mangerait
une épie d’orge
jamais mon cœur ne s’en rassasie »

Isli :

« ullah da tettax ar kni d ik tix assix afus
Ezzigh da tekkat inegri ed wuchi a wenna rix »

« je mange
et dès que je pense à toi
Je n’ai plus d’appétit
Ton absence est un obstacle
entre moi et la nourriture »

D’un bout à l’autre de la montagne d’Imi Lchil , tislit envoyait ces vers célèbres à son amoureux qui y répondait non moins pathétiques .

Un an auparavant , les deux jeunes se sont rencontrés , se sont aimés de toutes leurs forces .Mais pour leur malheur , ils appartenaient à deux groupes devenus rivaux pour une affaire que l’histoire n’a pas retenu . Le mariage leur étaient donc impossible Ainsi commença leur calvaire .

Pour venir à bout de la bêtise humaine , ils commencèrent une grève de la faim arrosée par leurs larmes . Après quelques temps , la faim la soif , la tristesse et l’incompréhension eurent raison de leur corps périssables . Le deuil enveloppa la région .

C’est alors q’un miracle vint rappeler aux hommes leur cruauté : aux deux endroits où les deux jeunes sont morts , deux lacs se formèrent de leurs larmes . Depuis , l’un porte le nom d’Isli , l’autre celui de Tislit ( le mari et la mariée en Tamazight ) .

Secoués par la douleur et le miracle , les sages des deux tribus prirent une décision historique : « dorénavant , aucun obstacle d’aucune sorte ne viendra entraver l’amour .

Même en temps de guerre , les amoureux seront libres de circuler dans les territoires adverses , de s’y marier s’ils le désirent .

Pour ne pas oublier cette tragédie en afin de raviver le pacte et le traduire dans la pratique , on décida de tenir un festival annuel à mi chemin entre les deux endroits du drame : entre les deux lacs : Isli et tislit .

La réalité

Entre les deux lacs : « Isli et tislit » , à Imi Lchil , se tient depuis les temps les plus reculés , un festival appelé par les habitants « Agdud » ou la fête des fiançailles . Chaque années en Septembre , les couples qui se sont formés pendant l’année viennent officialiser leur union par le passage devant « Agraw »
( la jmaâ ) par la formule rituelle : « je t’aime » . C’est là également que seront prononcés les divorces qui auront été décidé d’un commun accord .
Ainsi , ici , on laisse toute une année à la décision cruciale : celle de s’unir ou de se séparer.

Légende réelle ou réalité légendaire ?

Voici donc une belle légende bien de chez nous , mais aux supports physiques réels : deux lacs Isli et tislit , un festival annuel vivants , le tout constituant une leçon magistrale d’humanisme , où l’amour et la liberté constituent le centre . Une preuve supplémentaire de ce que la civilisation amazighe renferme des valeurs humaines universelles . Des valeurs dont nous avons tant besoin aujourd’hui .



Avatar du membre
little blue
Participe souvent
Participe souvent
Messages : 469
Enregistré le : 16 août 2010, 18:58
Localisation : Sud Ouest
Zodiaque :

Re: La légende des lacs Isli et Tislit d' Imilchil

Message : #Message non lu little blue

Bonsoir Kazimbass

Merci pour le récit de ces contes et de leurs explications.

Amitié
Little Blue


"Ce que l'esprit voit le coeur le ressent. "

Avatar du membre
Soubise
Fondateur du forum
Fondateur du forum
Messages : 10178
Enregistré le : 02 août 2010, 19:05
Localisation : Spontex sur évier
Genre :
Zodiaque :

Re: La légende des lacs Isli et Tislit d' Imilchil

Message : #Message non lu Soubise

Bonjour .
J'étais passé à coté de cas poèmes cités par notre ami Kazim ...
Je les découvre et les savoure à leurs justes mérites.
Amitiés.


Image

Visitez mon Blog

Mains, outils de l'esprit, sans lesquelles la pensée n'est que chimère.

Retourner vers « La pêche côtière, en eau douce, lacs de montagne et falaises »